Internet : l’Afrique aussi se met au e-commerce

Alors que le e-commerce a su s’imposer en Amérique du Nord, en Europe, en Asie, en Amérique du Sud et dans les grands pays de l’Océanie, l’Afrique semble le seul continent à afficher du retard. Mais toutes les prévisions indiquent que le commerce électronique devrait connaître un véritable essor sur ce continent … surtout s’il parvient à contourner les obstacles qui se dressent encore devant lui.

Le e-commerce devrait gagner du terrain en Afrique

A l’heure où le e-commerce pèse plus de 80 milliards d’euros en France, force est de constater que le continent africain est loin d’afficher d’aussi bons chiffres.

En effet, en 2017, le e-commerce pesait seulement 16,5 milliards d’euros en Afrique selon le cabinet Statista. Toutefois, les achats sur des sites en ligne (découvrez comment concevoir une boutique e-commerce en quelques clics) devraient bondir sur le continent africain au cours des prochaines années. Le cabinet McKinsey prévoit ainsi que le e-commerce africain pèse 75 milliards d’euros d’ici 2025.

Il n’empêche que derrière ces prévisions plutôt élevées se cachent en réalité de nombreux défis à surmonter. C’est d’ailleurs dans la capacité du continent africain de surmonter ces obstacles que se trouve le succès ou l’échec du commerce électronique en Afrique.

4 défis à relever pour un développement du e-commerce en Afrique

Pour que le e-commerce ait un véritable avenir, voici les 4 défis que le continent africain doit parvenir à surmonter :

– l’accès Internet. En 2018, plusieurs études montrent qu’environ 20% des Africains seulement disposent d’un accès à Internet. Mais gageons que la pénétration du web va se poursuivre et que les accès à Internet vont se démocratiser à moyen ou long terme.

– L’adressage physique approximatif. Qui dit achats sur Internet dit livraison à domicile dans l’idéal. Seulement voilà, il est très complexe d’envisager des stratégies logistiques performantes en raison de l’adressage physique approximatif, du manque de fiabilité des services postaux locaux et des obstacles administratifs liés aux acheminements transfrontaliers

– Le paiement. Seulement 10 à 15% des Africains ont un compte bancaire ce qui limite considérablement les possibilités de paiement en ligne. Voilà d’ailleurs pourquoi la plupart des achats effectués sur le web sont réglés en cash à la livraison

– L’encadrement juridique. Pour l’heure, aucun texte réglementaire ne régit le e-commerce et en particulier la sécurité des données collectées. Ce manque doit être comblé pour que tout puisse se dérouler dans de bonnes conditions

Le e-commerce semble sur le point de pouvoir exploser en Afrique. Ne reste plus que quelques barrières à lever et le chiffre d’affaires de ce secteur d’activité devrait s’accroître à grande vitesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.